ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



vendredi 9 septembre 2011

THE SOCIAL NETWORK DE DAVID FINCHER






1 - Je ne suis pas inscrit à Facebook. pourquoi ? Je n'ai pas envie de déballer mon intimité sur Internet à tout le monde. C'est un choix personnel. En revanche je suis sur d'autres réseaux sociaux à caractère professionnel.
2 - Je suis passionné par les nouvelles technologies et en particulier par l'univers Apple.
Cela pour me situer.
3 - Ce film traitant de la création du réseau Facebook m'a laissé un sentiment fort désagréable sur les comportements de ces jeunes gens à la tête très bien faite, mais qui raisonnent comme des gamins et qui semblent dépassés par leur propres inventions.
Dès l'université on se fait la guerre et on cherche à gratter un maximum de fric avec une arrogance qui me donne envie de faire la révolution immédiatement !
Au demeurant, je crois que c'est un film nécessaire parce qu'il nous fait réfléchir sur le fonctionnement de notre société,  sur les nouveaux modes de communication et aussi dans une certaine mesure sur la puissance de la jeunesse.
Ce qui est parfaitement mis en évidence, ce sont les enjeux qu'il y a derrière tout cela. La mondialisation et les moyens de communication existant aujourd'hui partout dans les régions industrialisées de la planète font qu'on peut passer très rapidement de 100 utilisateurs locaux d'un réseau social créé au sein d'une université, bricolé en un soir sur Internet, à 500 millions d'internautes dans une période de temps assez limitée, entre 2006 et aujourd'hui.
Bill Gates, qui fait figure à la fois de référence et d'ancien, et qui est présent dans le film, est battu à plate couture.

Certes, il y a du génie au départ. Mais on constate que pour se développer de telles inventions ont très vite besoin de capitaux. Et alors on tombe dans la grande valse des requins de la finance qui flairent les bonnes affaires et qui écartent avec un incroyable mépris ceux dont ils n'ont pas besoin.

Quant à la motivation à l'origine de tout cela, elle est bien humaine. En effet selon Fincher, la création de Facebook par Marc Zuckerberg est le résultat d'une dispute entre ledit Zuckerberg et sa petite amie, tous deux étudiants à Harvard, la plus célèbre des universités américaines. Petite cause, grands effets.

Dans ce film, on voit surtout la cupidité de ceux qui flairent la bonne affaire, les pratiques douteuses d'une jeunesse dorée et sans autre repère que le pouvoir, le fric et la drogue.
Certes, cela vaut peut-être mieux qu'une production totalement aseptisée à la gloire du génie solitaire de Zuckerberg, mais après avoir vu ce film je suis quelque peu déprimé. Si aujourd'hui c'est le seul modèle que la société a à proposer aux jeunes générations avec à côté de ceux Ronaldo, d'Amy Winehouse et des traders à la Jérôme Kerviel, je me pose vraiment des questions sur l'avenir, quitte à être traité de vieux con.
J'attends vos commentaires.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire