ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



dimanche 29 janvier 2012

L'HOTEL DES ROCHES NOIRES AU THEATRE DU XXEME A PARIS : UNE INVITATION A LEVER LE VOILE


Je ne suis jamais descendu dans cet hotel célèbre de Trouville et pourtant j'ai l'impression de le connaître. Enfin pas de le connaître réellement, mais de le connaître dans sa dimension onirique. Car, vous ne le saviez pas, mais chaque lieu mythique sur terre a son double dans un autre monde... Vous savez ce monde qui ne connaît pas de limites, peuplé de créatures imaginaires qui ne savent pas compter mais qui débordent d'amour, qui se nourrissent de souvenirs et de jeux et que nous ignorons toute notre vie durant parce que nous sommes aveugles...
Ces lieux mythiques sont indestructibles dans cet autre monde, car ils sont dans nos têtes, prisonniers privilégiés mais insoupçonnés, comme est prisonnière la jeune fille dans la tête de l'un des personnages de la pièce intitulée l'Hôtel des Roches Noires.
Pièce que je suis allé voir avec un groupe d'amis et qui m'a donné l'occasion d'interroger son auteur sur le processus de création de cette pièce.

Au départ, un attrait puissant pour les grands hôtels, pas de ces 5 étoiles clinquants, bruyants et baignant dans une turbulence clownesque permanente dans le style du César Palace, mais ces hôtels majestueux à l'ambiance feutrée implantés dans des lieux magiques où se sont rencontrés jadis et nagère des êtres raffinés en quête de voyages, d'aventures, de rencontres ou au contraire de solitude...
L'Hôtel des Roches Noires est l'un de ceux là, il a été hanté par des écrivains, des artistes, des grands voyageurs, mais aussi par des milliers d'anonymes qui ont pu jouir pleinement de l'esprit ou de l'âme des lieux. Entre eux se sont noués des intrigues, des belles histoires d'amour, mais aussi des drames dont les échos se sont perdus.
La clé pour ouvrir les portes de ce monde ignoré, c'est, l'espace d'un instant, de sentir vibrer le coeur de ces mystères passés derrière les murs et les tentures de ces grandes salles parfumées de cuir et de tabac, de ces suites donnant sur une mer murmurante et ondoyante, illuminées par les pâles rayons d'un soleil embrumé et de chercher à s'en imprégner, et à découvrir ce qu'ils nous disent.
Enfin... de savoir faire partager ces découvertes intimes et fugitives à d'autres, grâce au théatre.
Heureusement, ce monde "d'entre d'eux" dans lequel évoluent les "hippopotames", où rien ne disparait jamais, où tout se chante et se danse, existe bien, il est devenu réalité ce soir, pour nous spectateurs, l'espace d'un instant grâce au théatre, à Françoise Cadol, à son compère Stefan Corbin et à une pléiade d'interprètes joviaux.
Merci à eux d'avoir mis à portée de nos regards et de nos coeurs, ce monde fabuleux que nous aurions pu croire à jamais disparu, mais qui est ancré en chacun de nous.

Allez voir cette pièce, vous découvrirez ce qui se cache derrière les murs des grands hôtels !

1 commentaire:

  1. Gérard : superbe ! Quelle inspiration ! Quel lyrisme ! Je vais me permettre de mettre un petit sms à Françoise pour lui indiquer ton enthousiasme.

    RépondreSupprimer