ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



lundi 28 mai 2012

LE FILS : DE JON FOSSE




Au départ je suis allé voir cette pièce parce qu'elle réunissait deux grands comédiens de théâtre : Catherine Hiegel et Michel Aumont.
Jon Fosse, je ne connaissais pas, mais j'aime son pays la Norvège.
Et puis je me suis retrouvé assis au troisième rang dans une salle aux trois quarts pleine pour cause de Week-end de Pentecôte.
Le décor est sombre, sinistre. Un canapé, un fauteuil et une rampe d'escalier en bois qui donne accès à l'entrée de la maison. Dans le fond, un décor reproduisant un fjord à la nuit tombante. Une lumière très atténuée. Voila quelle est l'atmosphère dans laquelle se déroule la pièce.
Un homme et une femme sont assis sur un canapé et ils débitent de manière lente et articulé des banalités. Ils expriment ce qu'il voient, ce qu'ils pensent c'est à dire rien ou presque. Ils vivent ( c'est peut-être même un bien grand mot) dans un monde obscur, qui n'en finit pas de mourir.
Ils ont un voisin, qui a perdu sa femme et qui boit.
Ils ont un fils qui est parti et qui ne donne jamais de ses nouvelles.

Et puis un autocar arrive : deux voyageurs en descendent : le fils... qui vient frapper à la porte... et le voisin... qui les rejoindra, complètement ivre.

Le langage des personnages est creux, comme est creuse leur vie. Le fils n'a rien à dire, les parents non plus. Le voisin dit que le fils a été en prison. Le fils dit qu'il ment. Il s'en suit un pugilat. Le voisin, malade meurt. Le fils s'en va. L'homme te la femme reste. Maintenant ils sont seuls.
Pièce minimaliste. Un bruit de fond, ou une musique ? en permanence.
Une description de la condition humaine qui est un avant goût de la mort !




Mon avis
Très honnêtement, je ne suis pas fasciné par ce théâtre où l'on s'ennuie fort. Rien ne bouge vraiment, rien ne change. Le rythme est lent. Un évènement se produit, est subi plutôt. Et puis plus rien. C'est comme avant, mais avec encore moins de vie.

A l'imagination du spectateur de travailler !
Bravo aux acteurs. Un accessit pour la mise en scène de Jacques Lassalle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire