ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



lundi 21 mai 2012

MARGUERITE DURAS : " LA PUTE DE LA COTE NORMANDE "

Je n'avais jamais entendu parler de ce texte de Marguerite Duras. Il s'agit bien d'un texte, mais non pas d'un livre. Il fait quinze pages environ.
C'est un cri avant tout. Celui d'une femme.
Qu'est ce qu'on apprend dans ce texte ? D'abord un des mystères de l'écriture. Le droit à l'erreur de l'auteur ! Il s'agit de faire une adaptation pour le théâtre de La maladie de la mort. Duras rédige cette adaptation et l'envoie au destinataire. Elle sent qu'elle s'est trompée.
" Dès que j'avais été dépossédée du manuscrit, j'avais compris que je m'étais trompée. J'avais fait exactement ce que je voulais éviter de faire... J'étais creusée en mon centre, j'étais devenue le contraire d'un écrivain. J'étais le jouet d'une fatalité formelle de laquelle j'essayais de fuir sans y parvenir." (p. 8)
Elle n'arrivera pas à rédiger cette adpatation malgré plusieurs essais.
Elle entame ensuite la reprise d'un livre abandonné " L'homme menti". Yann, Yann Andréa, son amant et aussi son secrétaire tape le manuscrit. Ils vivent sur la côte normande à Trouville, à l'Hotel des Roches Noires (encore lui !). L'homme vit sa vie de son côté. Il sort, casino, boîtes, grands hotels... Quand il rentre : il crie, il hurle, il s'en prend à Marguerite. Celle-ci continue à écrire : " Au début c'était difficile. Je pensais que c'était injuste qu'il crie contre moi. Que ce n'était pas bien. Et quand j'écrivais et que je le voyais arriver et que je savais qu'il allait crier, je ne pouvais plus écrire, ou plutôt l'écriture cessait partout. Il n'y avait plus rien à écrire du tout, et j'écrivais des phrases, des mots, des dessins, pour faire croire que je n'entendais pas qu'on criait. J'ai passé des semaines entières avec un fatras d'écritures différentes. Je crois maintenant que celle qui m'apparaissaient comme les plus incohérentes étaient, en fait, les plus décisives du livre à venir." ( p. 13 et 14)


En d'autres termes, l'écriture arrive, provoquée par Yann, qui ne se rend pas compte que son comportement génère le livre lui-même. Duras est en quelque sorte un medium. Yann, lui-même était obsédé par le livre. Il souhaitait l'accouchement, tout en ignorant qu'il était le père !
" Qu'est-ce que vous foutez à écrire tout le temps, toute la journée ? Vous êtes abandonnée par tous. Vous êtes folle, vous êtes la pute de la côte normande, une connarde, vous embarrassez."
Les mots sont durs, violents. Mais Duras sait qu'ils sont nécessaires
Ce rôle essentiel de Yann, Duras le découvre non pas en observant Yann, mais dans le contact avec les paysages normands, avec Quilleboeuf.
Quilleboeuf et le grand fleuve lui rappellent le Siam.
Yann, la violence de plus en plus forte, Marguerite, le livre qui se fait, par Yann.

Duras s'exprimera en ces termes dans un interview au Magazine littéraire : " Quand on écrit on est souvent dans un état difficile à décrire, pas clair. C'est pratiquement impossible à expliquer. Je crois qu'on écrit vraiment que lorsqu'on croit ne plus écrire, ne plus être tout à fait maître de ce qu'on fait. En général tout le début est jeté. C'est quand je me laisse aller qu'il se passe quelque chose. Il y a à ce moment-là une sorte de désespoir de l'écrivain, d'abdication même : l'écrit arrive seul, dirait-on, fait."
http://www.magazine-litteraire.com/content/rss/article?id=20350
L'adaptation de "la maladie de la mort" était impossible à écrire car plus rien n'arrivait. Avec Yann, l'écriture redevient possible car ce qui arrive, c'est ce qui se passe, c'est Yann et ce qu'il provoque. La vie n'est pas complètement absente, écrire le livre est possible !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire