ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



mardi 27 novembre 2012

TEMOIGNAGE : " LES PROIES" d'ANNICK COJEAN

 
J'ai eu l'occasion de rencontrer Annick Cojean il y a de nombreuses années à l'occasion d'un séminaire à Sciences Po sur les "mutations de la France contemporaine". Elle était intervenue sur la question des medias en France. Elle m'avait impressionné par sa clairvoyance et par son professionnalisme. Anne Cojean est aujourd'hui grand reporter au journal "Le Monde".

- Les crimes sexuels du Guide
Elle vient de publier un livre intitulée "Les Proies" qui dénonce les crimes sexuels de Khadafi et qui relate en particulier le témoignage d'une de ses victimes, Soraya, devenue à 15 ans à peine, l'esclave sexuelle de l'ancien maître de la Lybie. L'auteur lève le voile sur les atrocités commises par ce fou, cet obsédé sexuel omnipotent et par sa clique. Le viol étant la marque de sa puissance, instrument de dominantion sur les femmes et les hommes de la société lybienne. Chaque jour il lui fallait au moins quatre femmes ou jeunes filles pour assouvir ses envies.
Les descriptions qui sont faites dans le livre dépassent l'entendement.

- Deux fois victimes
Mais ce qui est encore plus frappant, comme souvent dans les crimes sexuels, c'est le refus de témoigner des victimes, femmes ou hommes. Refus de témoigner qui s'expliquait par la peur naguère et qui s'exprime aujourd'hui par la honte. La femme violée n'est pas la seule concernée par ce crime, toute sa famille est à la même enseigne. Les hommes perdent leur honneur s'ils ne lavent pas l'affront par la mort, la leur ou celle de la femme qui a été souillée. Les victimes de crimes sexuels sont deux fois victimes : victime de leur boureau, mais aussi victime de leur famille et de la société en général qui les rejette.
Là, Annick Cojean met l'accent sur un problème majeur des sociétés à religion musulmane. Mais ne vous cachons pas les yeux, de telles situations peuvent également exister dans les sociétés occidentales, apparemment plus libérées et plus tolérantes. Il n'y a qu'à observer l'écart énorme qui existe en France ou ailleurs, entre le nombre des viols commis et  le nombre des plaintes pour viol déposées devant la justice.

- Peur, honte et complaisance coupable
En Lybie, tout le monde ou presque savait, chez les gouvernants des autres Etats de la planète, beaucoup savaient et ne disaient rien, sans compter ceux qui en profitaient, car le tyran lybien savait se montrer généreux. Peur d'un côté, honte de l'autre, et ignorance complice. La voie royale pour les dictateurs !
Pour ce qui est de la France, souvenons-nous de la  dernière mascarade de Khadafi à Paris entouré par ses amazones-esclaves, reçu en grande pompe à l'Elysée et dormant sous sa tente plantée dans les jardins de Marigny.

- Barrer la route aux apprentis dictateurs quand il est encore temps !
Tirons au moins une leçon de tout cela, barrons la route à ceux qui ne rêvent que du pouvoir et pour qui tous les moyens sont bons pour assouvir cette irrépressible obsession.
Car, certes le thème du livre d'Annick Cojean, porte sur les crimes sexuels à répétition et innombrables commis par Khadafi et sa clique, mais c'est aussi une dénonciation implacable de l'exercice du pouvoir absolu, sans aucun contrôle.
Les dictatures débouchent systématiquement sur les pires abus, sur les pires horreurs, jusqu'au génocide.
C'est pour cette raison qu'il faut combattre tous les candidats dictateurs alors qu'il en est encore temps.
Suivez mon regard, suivez l'actualité !
 

                                                                                  Annick Cojean
Un livre salutaire !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire