ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



mercredi 15 avril 2009

LE CAP DES 200 ET LE DOUTE... SAINT MERRI

200 messages, c'est certainement une phase difficile dans la continuité d'un blog.
Je ne manque pas d'idées pour créer de nouveaux messages, mais souvent je m'interroge sur l'intérêt qu'ils peuvent susciter chez d'autres bloggeurs.
ce week end, je me suis trouvé par hasard dans deux lieux insolites. Deux lieux de culte ! Etonnant non !
Samedi, devant le centre Pompidou, des dizaines de jeunes assis sur les différents degrés de la place écoutent les divagations parfois talentueuses de quelque saltimbanque déjanté.
A deux encablures de la place, engoncée entre d'autres bâtiments sans relief, flottant sur les eaux calmes de la fontaine Stravinsky, une vieille église semble dormir, saint Merri.
Des photographes amateurs se repaissent des sculptures flottantes et bariolées de Tinguely et de Niki de Saint-Phalle, tandis que des enfants s'aspergent en hurlant avec l'eau chantante des mécréants.


Posted by Picasa (c) G.M.
Je me souviens soudain que lors d'un des derniers cours d'histoire de l'art de l'école du Louvre, une conférencière nous avait vivement recommandé de visiter saint Merri en appelant notre attention sur deux tableaux de Simon Vouet, célèbre peintre français du XVIIe.
Nous entrons donc dans l'église par la porte du transept gauche. Effectivement,
en portant notre regard sur l'autel situé à gauche nous découvrons l'un des fameux tableaux représentant "saint Merri délivrant les prisonniers", plus loin dans le croisillon gauche est suspendu le second intitulé "l'adoration du nom divin"..
Très vite nous ressentons l'atmosphère toute particulière de cette église symbolisant à la fois la pauvreté, la dignité et la révolte.
Pauvreté : les lieux sont dans un état délabré, à l'entrée une jeune femme assise sur une marche du portail , en jean et en débardeur, complètement paumée, enfile une paire de chaussettes, le regard perdu, les cheveux en bataille, lançant quelques mots incohérents et provocateurs à la tête des passants, elle est chez elle ici, cela semble surprendre, les églises n'appartiennent-elles pas aussi à ceux qui sont dans le besoin ?
Dignité : saint Merri à l'architecture pure et belle, accueille régulièrement sous ses voûtes des concerts, des réunions culturelles, des oeuvres d'art qui témoignent de l'activité créatrice des hommes. Adossée à une colonne de la nef nous découvrons une sculpture moderne en bois d'un christ assis "le christ aux outrages" de Pierre de Grauw, qui semble porter toute la misère du monde. Le soir-même un concert est prévu. Dieu, pour autant qu'il existe, n'a rien à craindre du génie des hommes.



Révolte : cette église, contrairement à d'autres, est ouverte sur le monde. Ainsi dans l'une des chapelles, une exposition de photographies présente quelques centres de détention, pires que des prisons. La paroisse reçoit en permanence des groupes de sans papiers, elle entretient des relations continues avec l’association SNC (Solidarités Nouvelles face au Chômage) et avec l'association des chrétiens homosexuels David et Jonathan. Elle propose également de louer ou de financer des logements à des personnes en situation de grande précarité. Elle s'engage enfin dans des projets de développement de pays du Sud.
Ici, à saint Merri, au coeur d'un des plus vieux quartiers de Paris, à deux pas du temple de la culture moderne, on respire, on est à des années lumières des dorures et des pompes vaticanes et des harangues réactionnaires d'un vieillard aveugle, enfermé dans ses certitudes porteuses de mort et de souffrances.

1 commentaire:

  1. annemorinevrard@hotmail.com4/17/2009 08:52:00 AM

    Oui je suis d'accord, une église qui ressemble à ce que devraient être les églises : ouverte, pauvre, au coeur de la cité, militante....

    RépondreSupprimer