ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



vendredi 1 mai 2009

MAGIC SLIM AU JAZZ CLUB DU MERIDIEN A PARIS


Posted by Picasa (c) G. Morin 20 avril 2009
Excellente prestation du grand Magic, même si le poids des ans commence à se faire sentir. La première partie a eu un peu de mal à trouver son rythme, mais lorsque la locomotive est lancée on retrouve avec plaisir un blues du Westside de Chicago authentique accompagné d'une rythmique d'enfer.
Magic Slim s'appelle en réalité Morris Holt. Né le 7 août 1937 à Torrence dans le Mississipi, il débute dans la vie avec peu d'atouts. Très jeune, il chante dans la chorale de l'église. Ensuite il se met au piano, mais à la suite d'un accident il perd un doigt à la main droite et se consacre définitivement à la guitare. A 11 ans, il arrive à Grenada (Mississipi) et là il fait la rencontre de sa vie avec Magic Sam. Ils jouent ensemble de la guitare acoustique. Slim rejoindra son ami à Chicago en 1955. Il devient alors bassiste dans l'orchestre de Magic Sam. Sa carrière est lancée. Morris Holt devient "Magic Slim", surnom trouvé par son ami Magic Sam.
Il repart quelques années dans le Mississipi, élaborant ainsi une passerelle entre le blues du sud et le blues de Chicago.
Il revient à Chicago en 1967, crée son propre "band" avec ses jeunes frères : les "Teardrops". Nom que l'orchestre porte toujours aujourd'hui même si sa composition a beaucoup varié dans le temps.


Posted by Picasa (c) G. Morin

Magic Slim est un des meilleurs représentants du Westside Chicago Blues. Ce type blues se caractérise par l'utilisation de guitares électriques, par une rythmique puissante qui fait souvent penser au mouvement d'un train lancé à toute allure et par un chant très affirmé, parfois à la limite du cri.
Les autres bluesmen célèbres que l'on peut ranger dans le Westside Chicago blues sont Magic Sam, Muddy Waters (que j'ai eu le plaisir d'entendre à Dijon il y a fort longtemps), Howlin' Wolf, Junior Wells, Buddy Guy, Otis Rush, Sony Boy Williamson (harmoniciste), Willie Dixon (qui a longtemps accompagné Memphis Slim à la contrebasse et que j'ai vu au moins quatre ou cinq fois en France, dans les années 70, aux Trois Maillets et dans les concerts du Hot Club de France) et bien d'autres encore...
Lorsque Magic Slim arrive sur scène, il est accompagné par son assistant, il se déplace difficilement. mais sous son légendaire chapeau du sud on devine un sourire reflétant tout le plaisir que cet homme a de faire partager sa raison de vivre : le blues.
Il s'asseoit sur trois chaises empilées l'une sur l'autre, il enfile son médiator autour de son index droit, son assistant lui apporte sa guitare et passe la sangle autour de son cou. Pendant quelques instants Magic regarde l'instrument un peu comme un enfant qui découvre un nouveau jouet, il triture les différents boutons. Ensuite son assistant branche le cordon, Magic lance un regard furtif à ses musiciens et hop, le train démarre. Il nous conduit du Mississipi à Chicago ou peut-être de Chicago à Grenada ou à Torrence...

Cette vidéo est extraite de You Tube. Ce n'est pas celle du concert du 30 avril 2009.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire