ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



lundi 18 octobre 2010

QUELQUES PRECISIONS SUR LES ROMS, GITANS, TZIGANES, MANOUCHES

Manouches. Appellation familière du gitan nomade (étymologie: de manouche: “homme”). Le jazz manouche en France a été initié par Django, il est aujourd'hui en plein essor avec des musiciens exceptionnels comme Biréli Lagrène que j'ai entendu en concert il y a deux ans. Fabuleux.

Romanichels ou roms, de Roumain, Roumanie. Mais ce même terme, “Roumanie”, a été donné à cette province sous l'Empire Romain, car elle était l'une des plus fertiles, et ses terres étaient données en récompenses aux meilleurs généraux de l'empire. Aujourd'hui, d'ailleurs, le roumain est une langue très proche du latin, mais également du catalan.

Rroms. Le terme officiel reconnu par le Conseil de l'Europe pour désigner les minorités tsiganes d'Europe de l'est. Le terme “rrom” désigne également officiellement la langue des Rroms. Il signifie ”homme” dans cette langue.

Tsigane. Terme compliqué, d'étymologie nomade. Il vient de Athnganos (“qui ne touche pas”) qui était une secte de manichéens venus de Phrygie et qui a donné Atsinganos, en grec byzantin, puis par évolution de prononciation Czigany (en hongrois), Tzigeuner (en allemand), Cigain (en France au XVème siècle), Tchingueniennes (vers 1664) et Tzigane (depuis 1843 en français). La définition exacte, d'aujourd'hui : Les Tsiganes, nom d'un peuple (qui s'appelle lui même “Rom”) venu de l'Inde, apparu d'abord en Grèce et en Europe orientale vers la fin du XlIIème et au XVème siècle en Europe occidentale, qui a mené une existence de nomades exerçant divers petits métiers.

Gens du voyage. Appellation politiquement correcte, mais qui rend mieux compte de ce peuple errant qui traverse les frontières, sans racine territoriale, apatride, et qui a maintenu en dépit de dix siècles de pressions et de persécutions, un corpus culturel et linguistique, et surtout un mode de vie.

Gitan. Selon le dictionnaire Hachette : Bohémien, bohémienne d'Espagne. Par extension, tout bohémien. Manitas de Plata, les Gypsy Kings...

Bohémien. Membre de tribus vagabondes qu'on croyait originaires de la Bohême (région située dans l'actuelle République Tchèque).

Gypsy le terme anglais vient d'une déformation d'Egyptien, dont on assimilait la provenance de ce peuple à la fin du Moyen Age, en raison de la couleur de leur peau.

Même le terme “flamenco”, qui est une musique espagnole attribuée aux gitans catalans, vient de “flamand”, et est encore une fois lié aux voyages, aux échanges entre l'Espagne et les Pays-Bas au XVIIème siècle.

Bref, difficile de les définir précisément : dans ces différentes définitions, nous avons cité l'Inde, la Grèce, la Roumanie, l'Espagne, les Pays-Bas, la République Tchèque, la Hongrie, l'Allemagne, la France…
Finalement les gitans c'est une partie de nous-mêmes, de notre histoire, même si depuis ma petite enfance j'ai été élevé dans les milieux catholiques et bien pensants, surtout à la campagne où j'allais de temps en temps, dans la méfiance des Romanichels, comme on disait. C'étaient en quelque sorte les symboles vivants de "l'Etranger". Celui dont on se méfiait. Celui qui n'était pas de chez nous, qui n'avait pas notre culture et qui vivait de larçins ou d'on ne sait quoi...
Cela vient de loin et cela va très loin... N'est-ce pas Messieurs S..., H... et B... ! La lâcheté des ignorants, la force contrre les faibles ou l'extrême démagogie qui conduit on sait bien où !

En fait ces peuples, comme tous les peuples nomades du monde, n'ont pas de frontière, leur royaume c'est l'espace, l'horizon... La question des nationalités même si elle se pose aujourd'hui pour certains d'entre eux, pour préserver leurs droits: il y a les gitans "français" et les roms roumains ou hongrois par exemple...
Mais ce principe de nationalité ne concorde pas avec la culture et le mode de vie de ces peuples. Le problème c'est que ce sont les sédentaires qui décident de tout aujourd'hui, alors les nomades, "ceux qui ne sont pas comme nous", on les rejette, toujours plus loin, vers le vide, comme tous les opprimés de l'histoire...
Ce sont des peuples de liberté et nous n'avons que des chaînes ou des charters à leur proposer.

2 commentaires:

  1. Hi Gérard,

    Thanks for this informative article!

    RépondreSupprimer
  2. La communauté européenne a décidé de ne pas poursuivre la France pour sa politique envers le Roms. Beaucoup d'agitations, de parlotes, peu de solutions.

    RépondreSupprimer