ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



mercredi 15 décembre 2010

POLITIQUE, VERTU, NOVLANGUE ET LANGUE DE BOIS

"Berlusconi est le seul dirigeant occidental à avoir réussi à donner réalité au cauchemar d'Orwell, à créer une novlangue où paix veut dire guerre, où liberté signifie servitude et, surtout, où il parvient à empêcher les gens d'exercer leur esprit critique. C'est pourquoi il peut se proclamer "libéral", alors qu'il protège les monopoles, intervient dans les attributions des marchés publics et place ses hommes aux postes clés."
Paolo Florès d'Arcais, in l'Expansion, 29 octobre 2010.
Je trouve particulièrement pertinent le lien établi dans "1984" par Orwell entre le politique et la langue. Communiquer, c'est manier la langue, et manier la langue c'est aujourd'hui faire de la politique.
La langue politique est l'expression même du pouvoir. Si aujourd'hui gouverner c'est avant tout communiquer, alors la langue et l'usage que l'on en fait est au coeur du débat politique.
Selon l'article de Wikipedia consacré au novlangue (Newspeak dans le texte original de George Orwell) :
L’idée sous-jacente au novlangue est que si une chose ne peut pas être dite, cette chose ne peut pas être pensée durablement faute de renforcement par l’échange. La question soulevée par cette supposition est de savoir si nous définissons toujours la langue ou sommes parfois « formatés » par elle. Par exemple, peut-on ressentir l’idée de « liberté » si nous ignorons ce mot ? Cette théorie est liée à la formule de Ludvig Wittgenstein : « Les limites de ma langue sont les limites de mon monde ».

Est-ce que la langue de bois utilisée systématique par les hommes du pouvoir n'est pas aujourd'hui le novlangue dont parlait Orwall dans son livre ?
A l'origine les russes dénonçaient la "langue de chêne" des technocrates tzaristes, ensuite on a parlé de la "langue de bois" des dirigeants soviétiques.
Qu'est-ce que cette fameuse langue de bois ?
J'ai trouvé un site Internet ( http://www.toupie.org/Biographies/index.html ) qui dans son "dictionnaire politique" contient un énoncé fort intéressant des catactéristiques de cette langue politique :
" La langue de bois est une forme d'expression employée par les hommes politiques, les responsables d'entreprises, les technocrates... dans le but de :
• masquer une absence d'information précise,
• éviter de répondre à des questions embarrassantes,
• ne pas attirer l'attention sur un argumentaire défaillant,
• ne pas choquer un interlocuteur,
• dissimuler une vérité désagréable tout en feignant de la décrire,
• cacher des objectifs réels inavouables,
• faire adhérer à une idée en donnant l'impression de s'intéresser aux préoccupations du plus grand nombre,
• imposer une idéologie ou une vision du monde.

La langue de bois se reconnaît à l'une ou plusieurs de ces caractéristiques :
• complexification du style,
• flot de paroles inutiles (logorrhée) dans le but de noyer l'auditeur,
• confiscation de la parole et absence d'échanges réels,
• vision binaire et manichéenne de la réalité, (caractéristique du novlangue d'Orwell)
• utilisation abusive de :
- stéréotypes exprimés de manière pompeuse (banalité, cliché. Ex : les temps sont durs)
- pléonasmes (expressions superflues, redondantes. Ex : projet d'avenir),
- barbarismes (mots inventés ou détournés de leur sens. Ex : solutionner, finaliser),
- euphémismes (atténuation d'une réalité brutale ou d'une idée désagréable. Exemple : un non-voyant pour un aveugle),
- mots peu usités et prétentieux (Ex : systémique, paradigme),
- la voix passive qui ne permet pas de savoir qui est responsable,
- expressions figées (sorte de formules magiques) ou vagues,
- expressions facilement mémorisables pour frapper les esprits,
- mots sortis de leur contexte." 

Dis-moi comment tu t'exprimes en politique, je te dirai qui tu es !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire