ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



dimanche 1 mai 2011

" EXIT LE FANTOME " DE PHILIP ROTH

J'ai beaucoup aimé ce livre. D'une part, parce qu'il nous parle d'écrivains, de livres, de littérature, d'autre part, parce qu'il traite de l'émergence du désir chez un homme malade et presque en fin de vie.
Le fait que la plupart des personnages du livre soient des écrivains, jeunes , vieux, morts ou vivants, hommes ou femmes, donne à ce roman un air de liberté, de folie, de créativité. Ce monde est d'autant plus présent et séduisant qu'il navique sur les fonds ténébreux d'un pouvoir républicain qui distille mensonge sur mensonge pour convaincre les électeurs qu'il faut anéantir les forces du mal au nom de Dieu et des Etats-Unis. La sentence prononcée par Roth à l'encontre de GW Bush et de ses acolytes est sans appel. Elle exprime le sentiment profond de l'Amérique que j'apprécie.

Le désir, même chez un homme de plus de soixante-dix ans, même si cet homme est impuissant à la suite d'une opération de la prostate, le désir est bien là. Déraisonnable, mais intact. La fascination amoureuse qui s'empare du vieil homme lorsqu'il rencontre Jamie une jeunne femme de 30 ans est irrésistible. Elle a été rendue possible parce que le vieil écrivain exilé en Nouvelle Angleterre, revient à New York, la mégalopole où tout redevient possible, du moins en apparence. A New York, Nathan retrouve la vie. Mais peut-il encore vivre une vraie vie ?
Il fait des rencontres qui bousculent ses habitudes et qui le révèle à nouveau à lui-même dans dans son appétit de vie, mais aussi dans toute sa vulnérabilité. Ce retour temporaire à la vie est l'expression d'un désir, verrouillé depuis onze ans, pour une raison plus ou moins crédible. Soudain il explose, mais le corps ne répond plus. Reste la séduction intellectuelle, le prestige de l'écrivain qui enseignait jadis à Harvard à des jeunes étudiantes admiratives.
Dans la réalité, le désir est là, latent, sous-jacent, mais il s'exprime pleinement dans l'écriture qui transforme le réel en un monde imaginaire créé par l'écrivain. L'écriture a le pouvoir extraordinaire de rendre possible l'inimaginable, l'improbable, l'impossible. Le vieillard incontinent peut séduire une jeune femme de 30 ans et celle-ci peut succomber, l'espace d'un court instant.
Mais l'écriture peut aussi être un instrument au service d'écrivains sans scrupules, un biographe, par exemple, peut aussi faire oeuvre de mort et tuer à jamais l'art d'un écrivain disparu, en révélant ce qui a toujours été caché. C'est ce qui révolte Nathan et Amy, la vieille amante, atteinte d'une tumeur au cerveau. Roth semble régler ses comptes avec les écrivaillons biographes.
Nathan Zuckerman, le personnage fétiche de Roth, loin de sa retraite au coeur de la forêt de Nouvelle Angleterre, ne maîtrise plus rien lorsqu'il réapparait dans un monde nouveau où les gens parlent en permanence dans des télephones portables en pleine rue, dans les restaurants, dans les boutiques, dans leur voiture. Ce monde totalement ridicule le dépasse. Son désir n'est que fantasme, il capitule, il s'en va, pour de bon.
p.170 : "Mais le lot de douleur qui nous est imparti n'est-il pas en soi assez insupportable pour n'avoir pas à l'amplifier par la fiction, pour n'avoir pas à donner aux choses une intensité qui, dans la vie, est éphémère et parfois même non perçue ? Pour certains d'entre nous, non. Pour quelques très, très rares personnes, cette amplification, qui se développe de façon hasardeuse à partir de rien, constitue leur seule assise solide, et le non-vécu, l'hypothétique, exposé en détail sur le papier, est la forme de vie dont le sens en vient à compter plus que tout."

Excellent livre. A lire d'une seule traite !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire