ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



mercredi 29 juin 2011

LA CAPITAL MUSEUM DE BEIJING


(c) G. Morin, Beijing juin 2011, vue d'ensemble du Musée de la capitale inaugurée en 2006


(c) G. Morin, Beijing juin 2011, la couverture qui donne toute sa légèreté à l'édifice et qui fait néanmoins penser à l'architecture chinoise traditionnelle.

(c) G. Morin, Beijing juin 2011, la façade et le mur de pierre qui évoque la grande muraille

(c) G. Morin, Beijing juin 2011, le cylindre de bronze


(c) G. Morin, Beijing juin 2011, l'accès aux salles d'exposition


(c) G. Morin, Beijing juin 2011, l'espace consacré aux expositions sur 5 niveaux à droite


(c) G. Morin, Beijing juin 2011


(c) G. Morin, Beijing juin 2011, vue sur la cour centrale.


(c) G. Morin, Beijing juin 2011, le sous sol et la verdure

Le musée de la Capitale de Beijing en quelques mots.
Maître d'ouvrage : Ville de Beijing
Maître d'œuvre : AREP (pdg et architecte : Jean Marie Duthilleul) et Institut d'architecture et de design de Pékin (architecte : Cui Kai)
Le musée est situé sur la grande artère est-ouest de Pékin qui s'appelle Fuxingmen à cet endroit. Elle dessert notamment la Place Tienenmen et la Cité Interdite ainsi que les quartiers d'affaires de Beijing.
Le concept architectural du musée est le suivant : le musée, situé en retrait de l'avenue pour laisser une place ouverte sur la ville, permettant les manifestations et autres activités festives, comporte une immense couverture située en porte à faux (photo 1 et 2).
Composé comme un palais chinois, il se compose :
- d'une cour centrale et d'un mur de pierre marquant l'entrée (photo 3 )
- de trois pavillons posés sur un socle unitaire mais aux formes et matières identitaires :
  . une boîte de bois pour les expositions temporaires,
  . une barre de pierre grise pour la médiathèque,
  . un cylindre de bronze incliné pour les collections d'objets précieux, lequel cylindre transperce la façade (photos 4 et 2).
J'ai beaucoup aimé la distribution de l'espace et la facilité qu'a le visiteur de se repérer pour entreprendre la visite qu'il souhaite faire, ce qui tranche nettement avec un musée comme le Louvre où les visiteurs sont en permanence perdus. Mais bien sûr les contraintes n'étaient pas comparables.
Les matériaux utilisés peuvent surprendre, mais leur combinaison est du plus bel effet, j'ai également été surpris par le sous sol et ses parterres d'arbustes et de pelouse (photo 9).
L'impression la plus forte est celle d'espace et de liberté, curieux non dans un pays verrouillé de toutes parts. A cet égard, ce musée peut apparaître comme une bonne pub pour le régime.
Bon je n'oublie pas au sous-sol l'espace consacré à Mao et à la gloire de la révolution chinoise sur fond de drapeaux rouges et d'Internationale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire