ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



samedi 8 octobre 2011

" EDWARD MUNCH, L'OEIL MODERNE" AU CENTRE POMPIDOU : REMARQUABLE !

 



Cet été, je suis allé passer 15 jours de vacances en Norvège. Hélas, pris par le temps, je n'ai pas pu visiter le Musée Munch d'Oslo. J'ai eu juste l'occasion de contempler une dizaine de toiles de Munch exposées à la National Gallery d'Oslo, dont le fameux "Cri". J'étais resté sur une impression mitigée.
Après cette exposition intitulée "Munch, l'oeil moderne" à Beaubourg, je suis beaucoup plus enthousiaste sur la peinture de Munch. Je ne sais pas d'ailleurs si "enthousisate" est le mot qui convient réellement, car l'oeuvre de Munch est plus génératrice d'angoisse que d'enthousiasme.
Je crois que ce qui m'a séduit dans les oeuvres présentées, c'est d'abord l'enchaînement des thèmes et le regard porté par Munch sur le monde qui l'entoure.
On a l'impression que Munch pressent en quelque sorte l'avenir, en nous faisant partager ses propres visions, il nous délivre la vérité de son regard. C'est cela qui est angoissant.

Il ne m'intéresse pas d'entrer dans le débat stérile : Munch est-il un peintre du XIXème ou un peintre du XXème. Quelle importance ?
Ce qui compte : c'est le regard qu'il pose sur les hommes de son époque et surtout le regard qu'il porte sur lui-même en tant qu'homme et en tant que peintre.
Toutes les toiles présentées, sans exception, sont puissantes et révélatrices à la fois des angoisses de Munch, mais aussi de sa maîtrise picturale et de sa modernité.

L'exposition commence par des sujets peints et repeints presque à l'identique à plusieurs années d'intervalle : "Le Baiser", "Puberté" ou encore "L'Enfant malade".
Quand on observe bien, on peut décrypter le chemin parcouru par l'artiste dans sa vision intime du monde extérieur.
Comme Paul Gauguin, comme Van Gogh, il ne cherche en aucun cas à transcrire le monde réel, mais bien sa propre perception du monde qui l'entoure. Dans les portraits qu'il fait par exemple, aucune ressemblance avec des êtres vivants tels qu'ils sont dans la réalité, mais bien l'expression de formes, de couleurs ressenties par l'artiste ou encore de sentiments très forts comme l'angoisse, l'inquiétude, la peur, la fatigue, le mal-être... Qu'on en juge par les quelques reproductions ci-après !

Quant à la forme de l'exposition elle-même, je n'y trouve rien à redire, les tableaux sont bien présentés et bien éclairés, les espaces entre les toiles permettent un mise en valeur appropriée, le nombre d'oeuvres exposées est idéal pour en apprécier la substance sans trop se fatiguer et sombrer dans une lassitude physique, les textes de présentation sont clairs, le catalogue est bien fait et de surcroît, l'affluence un  vendredi soir à 19h était raisonnable, ce qui m'a permis de contempler les tableaux de Munch dans d'excellentes conditions.

Bref, une exposition très réussie pour un très grand peintre européen, que je vous invite à aller voir sans aucune restriction.




"Puberté", 1894-1895, huile sur toile, National museet for kunst, Oslo



"Travailleurs rentrant chez eux." 1913-1914, huile sur toile Munch museet, Oslo





Série "La Meurtrière", 1907, huile sur toile, Munch museet, Oslo

2 commentaires:

  1. A défaut de visiter de belles expositions (pas de voyage prévu à Paris pour l'instant), je visite les calanques: merveilleuse randonnée aujourd'hui sous un soleil estival, baignade en sus, ce qui me permet de lire cet article avec un détachement absolu!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  2. Quelle chance tu as d'habiter dans ces si belles régions. A tout prendre, je préfère les calanques à Munch. A Paris il fait gris en ce moment !
    Gérard

    RépondreSupprimer