ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



jeudi 6 décembre 2012

POLIDOR RUE MONSIEUR LE PRINCE - LOOK D'UN BOUILLON ET CUISINE COMME JE L'AIME

Une crémerie devenue resto
Le restaurant Polidor, situé 41 rue Monsieur le Prince à Paris 6ème, était primitivement une crèmerie devenue restaurant à partir de 1890. Son décor est immuable. C'est un lieu particulièrement chaleureux. Dommage qu'il y ait trop de touristes certains jours.
Parmi les clients célèbres Boris Vian, Eugène Ionesco, Paul Valéry, Jean Jaurès, James Joyce, André Gide, Ernest Hemingway, Paul Léautaud, Jacques Prévert, Max Ernst, Julio Cortazar, Coluche et Cabu et combien d'autres que je ne saurais citer.
C'est chez Polidor que se réunissaient les membres éminents du Collège de Pataphysique cher à Boris.

L'andouillette AAAAA du Père Duval
Pour être honnête, il faut avouer que les mets servis par le Polidor font aujourd'hui l'objet de nombreuses critiques. Chacun regrette le Polidor d'antan.
Et bien moi je le dis clairement, j'ai beaucoup aimé l'andouillette AAAAA du Père Duval, servie grillée, accompagnée de frites maison et d'un verre de Côte du Rhône de chez Guigal. Certes le prix n'est pas donné 23€ pour le plat, un verre de Côtes du Rhône et un café. Mais je me suis régalé.
A noter également la tradition du plat du jour. Aujourd'hui c'était les tripes. Je n'aime pas, dommage !

Quel vin avec l'andouillette ?
Beaucoup d'amateurs recommandent des blancs (Chablis, Macon, St Véran, Sancerre, Touraine, Vouvray ou encore Graves blancs).
Les rouges s'accommodent bien aussi, mais attention à la sauce. Beaujolais et vins de Loire peuvent convenir.

Rappel
L'Andouillette Duval est une andouillette de Troyes. Elle est préparée à partir de chaudins (gros intestins du porc) et d’estomacs de porc, découpés en lanière à cru ou après pochage et dégraissés au couteau. Le père Duval qui a sa charcuterie à Drancy ajoute une persillade.
C'est en 1976 que Simon Duval a décroché son diplôme AAAAA décerné par l'Association Amicale des Amateurs d'Andouillette Authentique constituée par des professionnels de la table et des chroniqueurs gastronomiques. Son fils Bertrand a continué, mais il a mis la clé sous la porte de la charcuterie de Drancy en 2007.
Il existe heureusement encore une andouillette Père Duval dont le diplôme AAAAA a été reconfirmé tout récemment, elle est fabriquée dans l'Aube à Jully sur Sarce par Laurent Jolivet.

Voir le site de l'AAAAA http://aaaaa-asso.fr


 
 
La grande salle
 
 
La façade de chez Polidor. A noter qu'à côté du resto se tient la cave Polidor, très bien fournie.
 
RUBRIQUE EXEMPTE DE TOUTE PUBLICITE


1 commentaire:

  1. Je considère l'andouillette de chez Duval (pourquoi Père Duval ?) comme la plus authentique et goûteuse, bien que j'avoue une faiblesse pour celle de chez Hardouin (que l'on peut trouver au Monoprix Gourmet). Duval est plus rustique qu'Hardouin, avec des morceaux plus gros. Elle est davantage poivrée également. Je pensais que l'andouillette de chez Duval était fabriquée à Drancy. Je suis allé un jour, il y a plusieurs années, faire le détour dans leur magasin. Dans le top des andouillettes, il y a celle de chez Colin à Chablis. Celle de chez Soulier, son voisin à Chablis, à été dépossédée du label 5A. Je la trouvais jadis excellente quand nous pouvions en faire l'acquisition au marché de Joigny. Une autre andouillette est celle de Mme Gast à Lyon, très fine et élégante, à la tripe de veau. Jadis encore, il existait un petit resto près de Ledru-Rollin, Passage de la Bonne Graine, qui s'appelait précisément "Le Passage" et qui disposait d'une carte exclusivement composée d'andouillettes. Le patron avait un talent rare pour dénicher des vins superbes (je me souviens d'un Pernand-Vergelesse qui était devenu incontournable) qu'il savait accorder de manière irréfutable aux précieux abats qu'il proposait.

    RépondreSupprimer