ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



mercredi 26 juillet 2017

PAUL BOWLES, "APRES TOI LE DELUGE" Roman

 


L'intrigue d"Après toi le déluge" se passe à Tanger. Le choix de cette ville permet de justifier la diversité des différents personnages que rencontre Nelson Dyar, un américain encore jeune, qui n'a jamais rien réussi pendant sa courte vie et qui échoue là, par hasard. Telle une coquille de noix sur un océan tantôt calme, tantôt déchaîné, il se heurte à chacun des personnages qu'il croise. Les uns appartiennent à l'Afrique, les autres sont des occidentaux.
A Tanger, il va virevolter sans cesse entre Daisy, Hadija et Eunice, Jack, Thami, les frères Bedaoui... à la recherche d'une terre ferme. Il ne la trouvera pas. Il n'a pas de projet, pas de ligne conductrice. Il vit au gré de ses rencontres et de ses peurs.
Tanger est une société séduisante, à la marge des conventions, mais sans pitié pour le faible, pour celui qui n'a pas confiance en soi.
Le problème qui se pose à Dyar est d'abord de vivre, et ensuite de survivre. Plusieurs possibilités s'offrent à lui. Il n'en choisira aucune. Il ne sera qu'un jouet entre les mains des autres.
Petit à petit sous l'effet du majoun, un monde imaginaire se substitue au monde réel et ce sera le début d'une spirale de la déchéance.
"Après toit le déluge" est le roman d'un paumé, plongé dans un monde séduisant, facile en apparence, mais en réalité sans pitié. Les rapports entre les gens qui vivent là sont très durs. Tout se sait et chacun sait réellement à qui il a à faire, tous sauf Dyar.
Lui-même ne sait pas qui il est. Ses bribes d'existence lui donnent une conscience très parcellaire de sa personnalité. Croyant assouvir ses désirs, il est en fait confronté à ceux des autres, réels ou imaginaires. En définitive, il découvre qu'il est lui même son propre ennemi. Victime de ses peurs et de sa désespérance, il retournera au néant.

J'ai aimé ce livre, même s'il me laisse une certaine amertume en bouche. Bowles fait preuve du grande connaissance des rapports humains et d'une grande lucidité sur le destin de ceux qui passent par Tanger et qui restent pris dans sa toile, à jamais.
Peut-être dresse-t-il là son propre portrait !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire