ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



lundi 17 août 2009

DISPARITION DE FRANCIS JEANSON


La mort de Jeanson me touche. Profondément.
A plusieurs titres.
C'est d'abord au philosophe et à l'essayiste que je pense : Lettre aux femmes et la Foi d'un Incroyant sont deux livres que j'avais lu avec beaucoup d'intérêt.
«L'univers est peut-être une "machine à faire des dieux". Mais la vraie foi consiste à parier que l'espèce humaine est capable d'incarner Dieu, de le réaliser, "d'en finir avec lui" en inventant sa propre humanité.» (in La Foi d'un Incroyant).
Je n'oublie qu'il a fait partie de la tribu des "Temps Modernes" autour de Sartre qui a été sans aucun doute un des maîtres à penser de la génération 68.
Lorsque j'étais étudiant en licence de philo à Dijon, combien de soirées enfumées passées avec mes amis à discuter de l'existentialisme, du marxisme, du maoïsme, du colonialisme ...!

C'est ensuite l'intellectuel engagé qui a été important pour moi. A milles lieues d'un BHL qui recherche médias et effets de manche, Jeanson a été un acteur de la lutte contre le colonialisme en Algérie, position à la fois courageuse et extrêmement risquée. Qui de ma génération n'a pas entendu parler du réseau Jeanson ?
Il sera condamné par contumace à 10 ans de réclusion, puis amnistié.
Voici ce qui explique le caractère d'intellectuel marginal de Jeanson :
"Face aux tortures et aux massacres d’une guerre de moins en moins légitime, Jeanson osa briser le mur du silence dans lequel s’enfermèrent socialistes et communistes et sut incarner une attitude fidèle aux idéaux fondateurs de la gauche. Elle ne lui pardonna jamais d‘avoir dénoncé ses compromissions et ses reniements entre 1957 et 1962." (Roland Pintat)

Plus cher dans mes souvenirs est le Francis Jeanson, directeur de la maison de la Culture de Chalon-sur-Saône, nommé par Malraux. C'est là que je l'ai rencontré avec sa femme.
La première fois que je l'ai vu, j'ai été frappé par son regard à la fois perçant et très mobile auquel rien n'échappait et par sa parole : chaque mot prononcé il ente donnait l'impression d'avoir été mûrement réfléchi et avant chaque phrase il y avait une imperceptible attente, ensuite les mots précis, ciselés, scandés nous arrivaient en pleine figure. J'ai admiré sa puissance de réflexion, son charisme, sa foi en ce qu'il croyait et son action en faveur de la culture, notamment dans les zones rurales et ouvrières.
Dans chacune de ses actions, Jeanson a toujours eu un projet. C'était un homme de conviction et qui savait convaincre. Nous étions jeunes, étudiants, disponibles, Jeanson représentait une alternative au dogmatisme et aux idéologies toutes faites. C'est ce que j'ai aimé chez lui, même si je n'ai participé qu'à une ou deux de ses actions culturelles.
Ces quelques lignes l'auraient certainement fait sourire ! Elle sont un tout petit témoignage d'un homme qui a compté dans ma vie d'étudiant.

J'ai beaucoup de mal à trouver une photo de Jeanson qui me convienne. Tant pis, je mets la plus ressemblante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire