ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



jeudi 15 avril 2010

IL FALLAIT QUE CA ARRIVE UN JOUR...

Ceux qui me connaissent bien savent que j'ai toujours éprouvé beaucoup de difficultés à me lancer dans la lecture de Proust.
J'ai tenté une première lecture lorsque j'étais lycéen. Je m'étais acheté le volume de la Pléiade (édition de 1954) d' "A la recherche du temps perdu". Je n'avais pas dépassé les 120 pages, ce qui n'est déjà pas si mal !
Ensuite, nouvel essai lorsque j'étais à l'Université. Echec, blocage.
Au bout de dix minutes de lecture, mon esprit vagabondait et je n'arrivai pas à lire plus de dix pages d'affilée.
J'ai dû faire une nouvelle tentative dans les années 90, mais sans succès.
De surcroit, mon inappétence pour Proust  a alimenté un malentendu avec un de mes amis de l'époque Werner Jost *, qui depuis est devenu un expert de Proust outre-Rhin. Nous ne nous sommes jamais revu. J'avais eu tort de lui dire ce que je pensais de Proust à l'époque ! Il n'avait pas apprécié. Il préparait une thèse sur le divin Marcel !

A la recherche du temps perdu, Collection La Pléiade

Et voilà que récemment ma fille m'a offert un coffret de 8 cd, intitulé " Du côté de Chez Swann I " dans lequel André Dussolier lit le texte intégral de l'oeuvre. (Editions Thélème. Présentation Jean-Yves Tadié)
Du coup je suis allé chercher mon bouquin de la Pléiade dans ma bibliothèque et hop, je me suis replongé dans cette lecture, avec André Dussolier comme guide. J'en suis au cd n°3 et a priori ça marche. Evidemment le rythme n'est pas le même qu'en lecture non accompagnée. C'est bien plus lent. Mais il faut bien faire des concessions.
Pour renforcer ce dispositif stratégique "Lire Proust malgré soi", je me dis que je pourrais de temps en temps faire un compte rendu de lecture sur ce blog. Cela m'encouragerait à avancer.
Affaire conclue !
" A l'attaque. Taïaut Taïaut. "**

* Werner JOST: "Le refuge à Doncières", Bulletin de la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray n°33, 1983 ; "Räume der Einsamkeit bei Marcel Proust" (ISBN : 9783820471717) JOST, Werner, Frankfurt am Main : P. Lang, 1982 ; **Note de l'auteur - "Taïaut" : expression du Moyen Age A cette époque les épées étaient particulièrement lourdes. Leur lame se composait :
- de la pointe, l'estoc (d'où l'expression: porter l'estocade notamment à la corrida de nos jours)
- et de la ''taille'', partie tranchante.
Au commencement de la bataille, au moment de charger l'ennemi, les chevaliers s'écriaient '' Taille haut'', ce qui signifiait "levez vos épées" . De Taille haut on en est venu à "Taïaut".

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire