ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



dimanche 8 août 2010

ET SI SOUDAIN JE REPRENAIS LE COURS DE CE BLOG...

Autant le dire tout de suite, l'usage de ce blog et la lecture des blogs amis m'ont manqué pendant plusieurs semaines. La raison de ce mutisme imposé est bien simple : une mission lointaine qui m'a permis de retrouver avec un énorme plaisir les terres africaines.
L'arrivée nocturne à Lomé restera gravée dans ma mémoire une nouvelle fois.
Après le calme feutré de l'Airbus d'Air France et la musique douce serinée par les haut-parleurs juste avant  l'ouverture des portes de la carlingue, je me trouve soudain plongé daans cette chaleur humide qui vous saisit le corps entier, un vent chaud qui vient de la mer me fouette le visage, un sentiment d'excitation incroyable m'envahit.
Bientôt, les portes de l'aéroport franchies, je me retrouve dans la foule des badauds qui attendent leur famille, leur amis, ou tout simplement des clients potentiels pour un camion, un taxi, une mobylette, il y a aussi des vendeurs à la sauvette, des touristes paumés, et puis ceux qui cherchent la bonne affaire. Les visages défilent à toute vitesse, les uns me font un sourire, d'autres m'interpellent, d'autres encore semblent indifférents... Quelques minutes plus tard la voiture de l'hôtel roule lentement en cahotant dans les rues défoncées et à peine éclairées des faubourgs de Lomé. Je découvre dans les phares une foule à la fois tranquille et animée, les robes colorées des femmes, les pétarades et les zig zags continus des zem, les enfants qui traversent la route en courant au péril de leur vie, les femmes toutes à leur fourneau sur les trottoirs devant des échoppes éclairées par des néons séculaires, ici les rires, là les éclats de voix, là encore une musique très rythmée avec un son monté à fond. Quelques minutes plus tard, dans une nuit opaque nous arrivons sur l'étroit passage du lac, la foule est toujours aussi nombreuse, des motocyclettes nous doublent à toute vitesse, la voiture freine, le chauffeur donne un coup de volant pour éviter un nid de poule, à ce moment là un gros camion arrive en sens contraire tous phares allumés, un coup de klaxon venu des profondeurs terrestres me donne la frayeur de ma vie, le chauffeur de la voiture donne un grand coup de volant, nous manquons de percuter un zem qui nous dépasse par la droite... personne ne hurle... chacun prend ces instants avec philosophie, on se met même à rire, on est loin de l'Europe ici Monsieur, on est en Afrique et c'est vraiment magique ! Un quart d'heure après, je me retrouve devant l'immense paquebot du Sarakawa, magnifique hôtel arrimé à la côte, je retrouve les sensations d'il y a six ans maintenant. Je suis accueilli avec le sourire, je reconnais même certaines personnes à la réception, au bar... Bref, je suis arrivé à Lomé et je me sens bien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire