ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



samedi 9 avril 2011

LE LONDON SYMPHONY ORCHESTRA A PARIS UNE NOUVELLE FOIS AVEC VALERY GERGIEV


 Valery GERGIEV
Concert exceptionnel à Pleyel avec Valery Gergiev et le London Symphony Orchestra interprétant la 9ème et la 10ème symphonie de Mahler.
En 1909, année pendant laquelle il achève la composition de sa 9ème symphonie, Gustav Mahler a 49 ans. A l'évidence, il sent la mort arriver lentement et sûrement. C'est ce sentiment qui transparait dans la pmusique de cette symphonie. Il est alors à New York, après avoir dirigé l'opéra de Vienne pendant dix ans et surtout sa fille Maria est morte en 1907 à l'âge de 4 ans.
Dans un texte poignant, il exprime ce qu'il ressent à la fin de sa vie :
« Car depuis que m'a saisi cette terreur panique à laquelle j'ai un jour succombé, je n'ai rien tenté d'autre que de regarder et d'écouter autour de moi. Si je dois retrouver le chemin de moi-même, alors il faut que je me livre encore aux terreurs de la solitude.(...) En tout cas, il ne s'agit absolument pas d'une crise hypocondriaque de la mort, comme vous avez l'air de le croire. J'ai toujours su que j'étais mortel. Sans essayer de vous expliquer ni de vous décrire quelque chose pour quoi il n'existe sans doute pas de mots, je vous dirai que j'ai perdu d'un seul coup toute la lumière et toute la sérénité que je m'étais conquises et que je me trouve devant le vide, comme si, à la fin de ma vie, il me fallait apprendre de nouveau à me tenir debout et à marcher comme un enfant. »
Je ne suis pas un spécialiste de musique classique, ni même un amateur, éclairé ou non, disons qu'à l'écoute d'un morceau de musique j'éprouve des sensations au 1er degré.
A Pleyel, le 28 mars, j'ai d'abord ressenti physiquement tout le potentiel que présentait un orchestre symphonique pour un compositeur. Gergiev se sert de l'ochestre comme d'un instrument de musique et l'orchestre, d'une qualité exceptionnelle répond à ses attentes et à son imaginaire avec une exactitude et une justesse musicale extraordinaire. Par moment, j'ai reconnu des intonations "mahleriennes" déjà entendues dans la 5ème symphonie, la plus célèbre, celle de Mort à Venise.
Je me permets de citer l'extrait d'un blog qui éclaire la richesse et la complexité de l'oeuvre :
"La 9ème de Mahler n’est pas une œuvre qui s’offre facilement à l’interprète, pas plus qu’à l’auditeur. Seuls les plus grands ont pu venir à bout d’une exécution authentique de l’œuvre, au sens qu’Adorno donnait à ces termes. Bruno Walter à Vienne en 1938, dernier concert avant l’Anschluss, qui aborde l’œuvre comme le legs du compositeur et dont personne n’a jamais osé reprendre les tempi aussi rapides d’un Adagio final mené de manière si pressante. Otto Klemperer, l’autre disciple, à Londres en 1967, qui nous montre une cathédrale engloutie, créant des vides immenses. Vaclav Neumann à Leipzig en 1964, la plus aboutie des interprétations et sans doute la plus sensible. Sir John Barbirolli à Berlin en 1967, à une époque où Mahler y était délaissé nous en laisse, grâce aux timbres de l’orchestre, la version la plus belle. Bruno Maderna, à Londres en 1971, aborde l’œuvre comme un grand compositeur et en donne une interprétation magistrale, sans doute la plus authentique. Herbert von Karajan enfin, qui n’aborda l’œuvre qu’une fois à Berlin et dans l’interprétation de laquelle il mit tant d’émotion qu’il refusa d’y jamais revenir, en livre la plus bouleversante version. Il y a aussi et surtout Léonard Bernstein, à Vienne, qui la voyait, mouvement après mouvement, comme un quadruple renoncement, à l’amour, à la nature, à la musique et à la vie, qui a été le seul à lui donner réellement un style, au sens où Louis-Ferdinand Céline entendait ce mot – je n’ai d’ailleurs jamais compris ce qu’il entendait par « style » et je crois qu’il n’a jamais su le dire non plus, l’écrire seulement, car le style pour Céline se ressent plus qu’il ne s’explique et c'est aussi le cas dans le Mahler de Bernstein. Il y a dans sa 9ème un voyage au bout de la nuit extraordinairement prenant, à nul autre pareil.

Interpréter une telle symphonie n’est donc pas à la portée de tout le monde, y créer un style moins encore."
http://www.philippecurrat.ch/index2.php?post/2009/05/21/LA-9eme-SYMPHONIE-DE-MAHLER-A-LOSR-%3A-UNE-QUESTION-DE-STYLE
Sur l'interprétation de la symphonie elle-même, je ne me risquerais pas à émettre le moindre jugement. Néanmoins, à l'évidence j'ai eu la sensation d'avoir assisté à un grand moment musical avec un des meilleurs orchestres du monde et un chef qui ne semble pas se reposer sur ses lauriers, qui va de l'avant, qui cherche et qui trouve.
Je peux dire que j'ai été enthousiasmé par l'interprétation de cette 9ème.
Privilège extraordinaire, on peut écouter le concert dans son intégralité à l'adresses suivante :
http://citedelamusiquelive.tv/Concert/0960360.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire