ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



mercredi 14 septembre 2011

EXERCICE DE LECTURE

On m'a conseillé de lire un livre de l'auteur brésilien Bernardo Carvalho intitulé " 'Ta mère ". Ce livre est considéré comme un chef-d'oeuvre et comme un roman magnifique.
Or, après l'avoir lu avec cinq ou six interruptions en trois jours, je suis resté coi, au sens littéral du terme.
Puis, après réflexion et relecture de la quatrième de couverture, j'ai l'impression que je suis passé totalement à côté de ce livre, par faute de concentration et peut-être parce que je considère que ce sont les auteurs qui doivent venir à moi, me séduire et non l'inverse. C'est certainement une erreur profonde, cela montre que je n'ai pas tiré suffisamment d'enseignement de ma lecture de Proust ou de Julien Gracq. C'est bien le lecteur qui doit se mobiliser pour pénétrer l'univers romanesque d'un auteur.
Bon alors que faire avec mon roman de Carvalho ? Le reprendre et utiliser une méthode simple pour partir à sa redécouverte.

1/ Etablir une cartographie des principaux personnages
La première étape consiste à rédiger une cartographie ainsi que des fiches retraçant la parenté et les relations des divers personnages. Cet exercice ne peut être réalisé que lorsqu'on a lu l'intégralité du roman.

2/ Relire le livre en diagonale en prenant comme fil conducteur : "l'axe récurrent de la maternité et de son revers, le sentiment d'être orphelin, sans protection, déplacé, dont la guerre est la représentation la plus crue."

3/ Enfin identifier les différents parcours romanesques qui s'entrelacent en mettant en évidence les situations clés du roman.

En principe, après cette démarche en trois étapes, le roman de Carvalho devrait réapparaître dans toute sa force et sa grandeur.

Cette embryon de méthode est en fait un premier jet. Pour une méthode plus élaborée sur la base de ce schème, voir LIVREAPART, mon blog littéraire.
Je vais réaliser l'exercice et je vous tiens au courant.
Bye !

2 commentaires:

  1. lundi 19 juillet 2010
    'Ta mère

    Bande de veinards ! Je veux parler de vous, lecteurs d'Everybody Knows : en avant première (le livre ne sortira que le 26 aout !), un petit mot, rien que pour vous sur "'Ta mère", le dernier roman de l'écrivain brésilien Bernardo Carvalho paru aux éditions Métailié. C'est le premier livre que je lis de cet auteur de 50 ans tout juste, qui vit à Sao Paulo. Les habitués de ce blog constateront qu'il s'agit très souvent de la 1ère fois chez moi ; c'est sans doute ce qui me permet de rester jeune ! Curieusement, il ne s'agit pas d'une aventure sud-américaine. L'histoire - les histoires - se passe principalement à Saint-Petersbourg, la ville aux 300 ponts, "un pour chaque année, mais aucun ne mène nulle part", la "ville la plus artificielle de toutes. En trois siècles on a essayé vainement de la nommer trois fois.". Plusieurs vies se mêlent autour des thèmes de l'abandon (maternel), de la sauvagerie, du délitement de la famille, du mensonge, de la haine, et de l'homosexualité qui constitue tour à tour la seule marque d'amour véritable et a contrario l'obscénité la plus dégradante. C'est un livre qui parle de l'envers du décor - celui des façades baroques de la ville touristique-, mais aussi du vide inhumain laissé par le stalinisme ; vide absolu puisque même sa chute laisse la plaie béante. Ce n'est pas un livre très gai, mais il est bouleversant. Il prend aux tripes, souvent. Le style est beau, sans fioritures ; juste. Quelques phrases parmi les dernières du roman : "Les histoires d'amour peuvent ne pas avoir d'avenir,mais elles ont toujours un passé. Voilà pourquoi les gens s'accrochent à tout ce qui les renvoie à ce qu'ils ont perdu. (...) Les gens ont besoin de se raccrocher à ce qu'ils connaissent déjà. Les modernismes ne pouvaient pas durer. Personne ne construit une maison au bord de l'abîme."

    ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Ah, ben voilà, je me disais bien que j'avais entendu parler de ce livre. J'ai commencé l'exercice, c'est vraiment intéressant !
    Gérard

    RépondreSupprimer