ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



mercredi 11 janvier 2012

NOTRE BESOIN DE CONSOLATION EST IMPOSSIBLE A RASSASIER



- C'est quoi ça Monsieur ? Une phrase sans queue ni tête, un texte pour appâter les amateurs de philosophie ?
- Non, Monsieur c'est le texte d'un poète, d'un poète suédois qui s'appelle Stig Dagerman.
- Et qui est ce Monsieur Dagerman ?
- Stig Dagerman fut l'un des écrivains les plus importants des années 1940 en Suède. De 1945 à 1949, il publia avec succès un grand nombre d'œuvres littéraires et journalistiques. Puis soudain, et sans raison apparente, il s'arrêta d'écrire. C'est au cours de l'automne 1954 qu'on apprit la mort de Stig Dagerman. L'écrivain s'est enfermé dans sa voiture et a laissé le moteur tourner.
- Ah ? J'avoue que j'ignorais tout de cet homme et de cette histoire. Mais qu'est ce que ce besoin de consolation auquel vous avez fait allusion ?
- C'est précisément le titre du petit opuscule qui vient de paraître chez Actes Sud et qui est considéré comme le testament du poète. Il a été écrit en 1952 soit 2 ans avant sa mort.
- Et que nous dit ce testament ?
- Lisez-le donc ! Tout ce que je peux vous dire c'est que ce texte m'a marqué. Le constat est simple : il n'est pas heureux, lui Stig, parce qu'il ne croit en rien. La seule chose dont il est certain, comme Descartes l'était du cogito, c'est que "le besoin de consolation que connaît l'être humain est impossible à rassasier." (p. 11)
En réalité il n'existe qu'une seule vraie consolation "celle qui me dit que je suis un homme libre, un individu inviolable, un être souverain à l'intérieur de ses limites."
Mais qu'est-ce qui peut témoigner de cette liberté humaine, quelle est la seule preuve de ma liberté ? Dagerman a sa réponse, il la mettra en pratique et c'est ce qui donne un ton dramatique à son texte.

A lire, cela fait 22 pages et ça donne à réfléchir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire