ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



lundi 5 mars 2012

LA TRILOGIE DE LA VILLEGIATURE AU THEATRE EPHEMERE : UN REGAL !





















Goldoni est un prince du théâtre, ce n'est pas un scoop. Son décryptage de la société du XVIIIème met en évidence notamment des phénomènes sociaux transposables de nos jours et c'est ce qui fait aujourd'hui le piment des trois volets de la Villégiatura, rarement  présenté en intégralité au cours d'une même représentation.

  • L'intrigue en deux mots

Deux familles et leurs domestiques se lancent avec fièvre dans les préparatifs d'un séjour estival à la campagne (Les Manies de la villégiature),sur le thème de faut-il y aller ou pas ? Personne ne résiste à l'attraction de la Villégiature, véritable rituel social, tous de retrouvent dans la douceur de l'été, à la campagne dans une oisiveté, propice aux intrigues amoureuses, mais parallèlement apparaissent des rivalités féroces entre les protagonistes, tandis que chacun dépense sans compter (Les Aventures de la villégiature). Les deux familles, de retour à la ville, retrouvent une réalité sans concession qui donnera raison à l'intérêt plutôt qu'aux sentiments ( Le Retour de la villégiature).

  • Une société factice où tout n'est qu'apparence

Le décryptage de cette société oisive et vulnérable opéré par Goldoni peut être symbolisé par quelques mots-clés : argent, économie, dettes, réputation, mode, jeu d'argent, mariage, intérêt... La villégiature elle-même représentant, cette terre promise, cette société factice à laquelle on ne peut accéder que par l'argent.

Quant à l'amour, il est certes présent, mais il est systématiquement contrarié, voire piétiné par des conflits d'intérêts et c'est ce qui donne ce ton quelque peu amer à la trilogie. Bref c'est bien l'argent qui mène le monde et les acteurs de la comédie humaine, plutôt que de partir à la recherche du bonheur, se font violence et font passer leurs sentiments bien après les convenances, les apparences et l'appât du gain.

Goldoni va encore plus loin, au milieu de cette classe de rentiers et d'oisifs désargentés il dépeint la classe des domestiques que leurs maîtres entrainent dans leur déshonneur, leur ruine et surtout dans l'impossibilité de réaliser leurs sentiments.

Les domestiques ne sont pas dupes, ils sont pleins de bon sens et de justesse dans leur comportement. Parfois, ce sont eux, les domestiques, qui prêtent leur propre l'argent à leur maître et selon ces derniers, ce n'est que justice puisque cet argent leur appartenait avant. Paolo, le serviteur de Leonardo, ira même en prison pour avoir défendu son maître devant la foule hurlante des créanciers. L'Italie du XVIIIe connaissait déjà le surendettement !

  •  Une trilogie d'une étonnante actualité

Tout ceci donne à cette pièce un ton de modernité qui rend aisé la transposition du XVIIIe au XXIe siècle. Car que voit-on aujourd'hui, si ce n'est une classe très fortunée, celle des hommes d'affaires, des traders, de certains artistes, de certains sportifs et à la remorque de tout cela une foule d'envieux canalisés par la mode, le buzz, les yeux rivés sur les top ten du foot, du tennis et du showbiz.

Cette pièce est donc d'une inquiétante modernité, elle baigne dans une légèreté tragique et dans un humour corrosif, admirablement servie par des interprètes de premier ordre, à l'exclusion peut-être de Vittoria (Anne Kessler) qui semble surjouer son rôle. Une mention spéciale à Michel Vuillermoz, qui interprète le personnage de Ferdinando, totalement cynique et intéressé et à Hervé Pierre, qui incarne un Filippo truculent, versatile et lâche au possible.

Comme souvent c'est un vrai régal de voir jouer les acteurs du Français, qui plus est dans un lieu inhabituel qui sent bon le bois de nos montagnes !

Un spectacle que je recommande sans réserve !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire