ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



vendredi 20 janvier 2012

LE SOURIRE ETRUSQUE DE JOSE LUIS SAMPEDRO







Un très beau livre publié aux Editions Métailié.
C'est l'histoire d'un vieil homme, un paysan calabrais, malade, qui monte à Milan chez son fils pour se faire soigner. Il déteste la ville et les Milanais. Mais au milieu de cet environnement hostile il fait la connaissance de son petit-fils Brunettino. Pour lui c'est une révélation. Peu à peu il découvre ce qu'il a toujours ignoré, voire méprisé, il voue a son petit fils une véritable adoration qui semble échapper de la part féminine qu'il sent dans son for intérieur. Lui, le dur, l'homme tyrannique qui a les idées bien arrêtées sur toutes choses, l'homme du sud qui ne se sent bien que chez lui, au soleil, face à ses ennemis qu'il affronte sur la place de Roccasera son village natal, il se met à prendre dans ses bras le petit Bruno. Il veut l'initier à la vraie vie, il veut lui montrer ce qu'est un homme, un vrai. Il se retrouve dans ce bambin qui porte le même prénom que celui qu'il portait lorsqu'il était dans le maquis.
Le processus de séduction et d'évolution du vieux est décrit avec minutie et talent par Sampedro. Peu à peu le vieux Salvatore/Bruno découvre la tendresse, la complicité et l'amour auprès de ce petit bonhomme. Il sait qu'il va mourir bientôt, il remplit son dernier parcours de joies nouvelles et de rapports avec Brunettino mais aussi avec Hortensia, une femme du sud qui s'est exilée à Milan et qu'il veut prendre pour femme à l'extrême limite de sa vie. Hortensia, par sa tendresse, par ses prévenances, par son amour, lui révèle ce qu'est l'essence de la féminité, vérité qu'il n'a jamais soupçonnée.
Cette double "initiation à rebours" lui révèle de nouvelles facettes de son être profond qu'il a jusqu'alors ignorées, sa dernière vie d'exilé lui apporte une vraie sérénité teintée de joie et de générosité qui fera se dessiner sur son visage de mourant un sourire étrusque... un sourire pour l'éternité.
Le livre de Sampedro témoigne à la fois d'une profonde connaissance de l'Italie et des oppositions de style de vie entre le sud et le nord et d'une extraordinaire analyse du processus d'évolution d'un homme en fin de vie grâce à l'énergie et à la force qu'il puise dans la relation toute nouvelle qu'il établit avec son petit-fils de quelques mois et avec cette femme du sud qu'il a rencontré par hasard à Milan.
L'apogée du roman est la "reconnaissance" de cet amour et de cette filiation magique par le petit bambin lui-même.
C'est un livre plein de justesse et d'émotion, malgré, il faut bien le reconnaître, un certain angélisme dans les relations entre les personnages, qui nous montre que même à l'approche de la mort, dans un monde perçu comme étranger et hostile, il est possible d'abandonner certains préjugés, de découvrir de vraies richesses et d'accéder à la sérénité, à condition de le vouloir et de saisir les occasions qui se présentent.
Le sourire étrusque est un livre sur la transmission, l'autre face de l'initiation.
Un livre très beau et tonique, que tous les sexagénaires et plus, devraient lire !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire