ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



samedi 24 novembre 2012

RODRIGO Y GABRIELA AU ZENITH A PARIS

 
 
 
Impressionnante virtuosité pour ces deux guitaristes exceptionnels qui ce soir ont revisité leur répertoire latino flamboyant à la lumière des sonorités sourdes et "submergeantes" du métal.
Déconcertant pour qui, comme moi, ne connaissait pas ces deux phénomènes.
Pendant plus de deux heures, une petite bonne femme avec une guitare accoustique mille fois amplifiée par une techno d'avant garde qui vous balance des percussions, des rythmiques d'enfer comme le feraient les Stones ou ACDC, avec en plus une sonorité latino incroyable, et Rodrigo, l'alter ego, qui glisse ses mélodies dans les intervalles d'une rythmique souvent ultra rapide. E-pou-stou-flant !
Cela pour la première impression.

Au Zénith, vous étions installés complètement à gauche de la scène, à proximité de la grand enceinte qui dégageait des basses d'une intensité folle, bourdonnantes, au détriment des aigus et des medium, ce qui a eu pour effet d'amplifier très largement les effets metal et du coup a géné notre perception.
Autre remarque, au bout d'un certain temps, lorsque l'ambiance est bien chaude, on a une sensation de répétition et d'exercices de style plutot que de morceaux bien ficelés et chantants. Beaucoup de rythmes, surtout des rythmes, et finalement peu de mélodies.
Jamais le moindre son de voix si ce n'est pour baragouiner un langage franco-anglo-spanish totalement incompréhensible. Bon soyons tolérant, on a le droit de ne pas être polyglotte... surtout en France !

Un écart notoire cependant, la venue du pianiste Alex Wilson sur scène qui a pour effet de faire tomber l'ambiance pendant au moins 20 minutes.
Son apport musical est nul et son instrument ne rentre à aucun moment en connivence avec le jeu des guitares. Quant au percussioniste qui vient taper sur on ne sait quoi, on ne voit vraiment pas ce qu'il vient faire sur scène. Cela ne dure de toute façon que le temps d'un morceau.
Heureusement Gabriela et Rodrigo reprennent vite le dessus et font vibrer à nouveau à l'unisson un public composé en très grande majorité de jeunes. Globalement on peut estimer à 5500 - 6000 le nombre de spectateurs présents ce soir. Ils ont fait un triomphe à Gabriela et à Rodrigo, triomphe amplement mérité, malgré quelques imperfections et un retard avant leur entrée en scène.
Du coup, rentré à la maison j'ai téléchargé leur dernier album sur iTunes. Et je savoure !!!

Un extrait du même concert au Zénith de Nantes
http://www.nantes.maville.com/sortir/infos_-Rodrigo-y-Gabriela-des-fous-furieux-de-la-guitare-au-Zenith_fil-2249436-3295530_actu.Htm

5 commentaires:

  1. Salut, qui est le garcon qui est sortie avant eux hier?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S'il s'agit du guitariste qui est passé en 14ère partie, pour être clair, je n'en sais rien et je n'ai trouvé l'info ni sur Internet ni sur les billets.

      Supprimer
  2. L'extrait vidéo ne m'a pas donné de regret. Et tes oreilles étaient dans quel état le lendemain matin ?

    RépondreSupprimer