ACTUALITE







L'INTERET D'UN BLOG CONSISTE ESSENTIELLEMENT A ECHANGER DES IDEES, DES IMPRESSIONS ENTRE L'AUTEUR DU BLOG ET LES LECTEURS.


POUR FAIRE UN COMMENTAIRE :

- CLIQUEZ SUR COMMENTAIRES
- REMPLISSEZ LA RUBRIQUE EN TAPANT VOTE COMMENTAIRE
- SIGNEZ VOTRE COMMENTAIRE SI VOUS LE SOUHAITEZ
- DANS SELECTIONNEZ LE PROFIL, CLIQUEZ SUR ANONYME
- TAPEZ LES LETTRES INDIQUEES
- CLIQUEZ SUR PUBLIER UN COMMENTAIRE ET C'EST FAIT


- LORSQUE LE COMMENTAIRE SERA ACCEPTE PAR L'AUTEUR DU BLOG, IL SERA PUBLIE



jeudi 28 janvier 2016

DANSE : "LE CANTIQUE DES CANTIQUES" D'ABOU LAGRAA A CHALON SUR SAONE




Pourquoi ne pas l’avouer cela fait plusieurs années que je n’étais pas allé voir un spectacle de danse contemporaine ?

C’est dire que j’avais pris de la distance avec le spectacle des corps se déplaçant dans l’espace en inventant des nuées de mouvements, tirant leur énergie de l'échauffement des muscles et générant de la profondeur (parfois) dans l’expression des sentiments.

Hier soir, à l’Espace des Arts était présenté « Le cantique des cantiques » dans une chorégraphie d’Abou Lagraa et une mise en scène de Mikaël Serre.

Que peut exploiter un chorégraphe dans un texte biblique ?

Il peut aborder un thème, celui de l’amour par exemple. L’amour sous tous ses angles. Et quel thème convient le mieux à la danse que l’amour ?

Lagraa a su l’exploiter sous de multiples aspects en provoquant chez le spectateur des émotions très diverses, sensualité, violence, possession, attirance, répulsion…

 Le son (difficile de parler de musique !) est en parfaite concordance avec la chorégraphie, c’est un son brut qui vous prend au ventre, une pulsation. Les images esquissées derrière un décor de fils souples et verticaux formant un rideau que les danseurs traversent en permanence, habillent la scène d’une réalité lointaine en noir et blanc. Des lumières sombres donnent sur la scène une sensation de profondeur et de foisonnement irrationnel. Enfin les corps enveloppés dans des tuniques couleur terre se lancent collectivement ou deux à deux dans des mouvements rapides, saccadés ou langoureux illustrant selon l’instant la recherche de l’autre, la fusion, la fuite, l’évitement ou encore la violence extrême.

 

Un spectacle qui m’a redonné le goût de la danse.

Bravo au chorégraphe, au metteur en scène et surtout aux danseurs et comédiens qui réalisent une vraie performance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire